Basic Instinct : le film qui a fait scandale

basic-instinct

Ce film thriller érotique franco-américain réalisé par Paul Verhoeven est sorti sur les écrans des salles françaises en 1992. Il fait partie des films les plus rentables de son époque malgré les critiques du public pour ses scènes homosexuelles et son portrait d’une femme bisexuelle. On retrouve dans sa distribution de rôles deux grands acteurs principaux de cinéma : Sharon stone et Michael Douglas.

Résumé de Basic instinct

L’action se passe à San Francisco et ses environs. Nick Curran, enquête sur l’assassinat d’une star de rock appelé Johny Buz. Celui-ci est tué d’un pic à glace alors qu’il faisait l’amour. Une riche romancière, Catherine tramell, qui fréquente le chanteur est soupçonnée de ce meurtre. Elle décrit dans ses polars des circonstances de mort identiques à ce qui arrive au chanteur. Au cours de son enquête, Nick apprend la mort des parents de la romancière dans un accident douteux. Il apprend également que son professeur de psychologie a rencontré la mort à coups de pics à glace 10 ans plus tôt. L’inspecteur Nick, ancien alcoolique, aurait à affronter la romancière qui va jouer sur l’ambiguïté concernant sa culpabilité tout en jouant de ses charmes pour parvenir à ses fins, cliquez ici pour voir la bande-annonce.

BasicInstinct-scandal

Critique de Basic instinct

Ce film de Paul Verhoeven est un thriller culte des années 90. Le métrage commence avec la scène de deux amants s’étreignant fougueusement sur le lit. Un moment qui se termine par un meurtre. Puis l’officier de police qui a un lourd passé judiciaire enquête sur cet assassinat. Pendant son enquête, la suspecte le séduit et il se lance dans un jeu torride avec la mystérieuse romancière interprétée par Sharon Stone. Le suspens, les rebondissements sont au rendez-vous. Et on éprouve beaucoup de doutes et de curiosités quant à la vraie identité de la meurtrière jusqu’à la scène finale. L’intrigue est bien menée avec son lot de surprises, de frissons, le tout accompagné de la bande sonore angoissante de Jerry Goldsmith. L’atmosphère du film est glauque et sulfureuse au possible. La tension est palpable tout au long de l’enquête parsemée de scènes d’érotisme et de violence. Les scènes torrides entre Michael Douglas et Sharon Stone ou les scènes violentes comme le meurtre au pic à glace sont bien interprétées. Mais c’est la fameuse scène de l’interrogatoire qui a fait le plus de scandales. En effet, à sa sortie la critique américaine a jugé l’œuvre de métrage pornographique, anti-homo mais cela ne l’empêche pas de générer 352 millions de recettes dans le box-office mondial. Ce qui fait le vrai succès de Basic instinct, on le doit à son choix de casting, à l’interprétation des deux acteurs qui s’investissent totalement dans leurs rôles. Sharon Stone dans le rôle de belle femme fatale, libérée sexuellement, perverse et psychopathe. Le film a d’ailleurs propulsé Sharon Stone au rang des stars mondiales du jour au lendemain. Et Michael Douglas dans la peau de Nick, est aussi impeccable. Bref, le côté novateur du scénario avec sa sauce d’érotisme et de thriller ainsi que l’interprétation des deux acteurs principaux ont fait le succès commercial de Basic instinct.